Now Reading
Je n’ai pas de cheveux, et alors ? – Quand des faiblesses supposées deviennent des forces !

Je n’ai pas de cheveux, et alors ? – Quand des faiblesses supposées deviennent des forces !

Avatar

En France, entre 60 000 et 120 000 personnes sont atteintes de pelade (alopécie), une maladie auto-immune qui provoque une perte de la pilosité, du cuir chevelu en particulier. Nous avons échangé avec Pauline, 18 ans, une jeune femme à l’audace inspirante qui a osé dépasser ses peurs, notamment celle du regard des autres.

LE COURAGE, C’EST DÉPASSER SES PEURS 

Si vous suivez BEBOLD depuis ses débuts, vous savez déjà ce que nous pensons du courage : c’est la capacité à dépasser ses peurs. Parler de Pauline revient forcément à parler de courage, car c’est sans doute le premier adjectif qui nous vient à l’esprit lorsqu’on échange avec elle.

C’est vers l’âge de 7 ans qu’elle commence à perdre ses cheveux avant que le diagnostic de pelade soit posé. Dès l’âge de 13 ans, elle va ruser pour cacher les effets de sa maladie en utilisant une perruque. Jusqu’au jour où, fatiguée de devoir payer trop cher pour rester dans le moule, elle décide de ne plus la porter. Le prix financier (environ 1300€) et le prix mental : celui de ne pas pouvoir se montrer tel que l’on est vraiment. A 18 ans, Pauline ne se cachera plus sous une perruque, au risque d’attirer des regards surpris, moqueurs ou parfois méprisants.

A cet âge où l’apparence a une place omniprésente, elle a décidé d’oser être elle-même et de l’affirmer publiquement. N’est-ce pas là une belle leçon de maturité de la part d’une personne aussi jeune ?

UTILISER LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR VALORISER SA DIFFERENCE

S’il y a bien une valeur à laquelle nous sommes attachés chez BEBOLD c’est l’acceptation et même la valorisation de la différence. Notre ADN est unique mais nous essayons constamment d’entrer dans des cases qui ne sont pas faites pour nous. Au fond, nous le savons, mais il suffit souvent d’un pas pour le vivre.

See Also
Chiraz Franchequez : l’ambition d’une lionne.

En 2019, Pauline se lance sur les réseaux sociaux, Instagram en particulier, pour commencer à parler de sa maladie et de son combat. Son combat face au regard des autres mais aussi vis-à-vis d’elle-même car si le regard extérieur peut être un frein, notre propre regard peut l’être également. Au fur et à mesure de son utilisation des réseaux, elle livre son parcours, ses sentiments et des leçons de sagesse autour de l’amour de soi et de l’acceptation de la différence. Plus de 8 000 personnes la suivent, partagent et commentent ses publications avec une certaine bienveillance. A l’ère où nous reprochons aux jeunes de sa génération de passer des heures futiles sur les réseaux sociaux, Pauline, également adolescente, y fédère une communauté qu’elle inspire de manière positive.

si on ne devait retenir qu’une chose en découvrant le parcours de Pauline, on vous dirait qu’oser s’affranchir c’est le début de la liberté. Libre à vous d’être audacieux !

Retrouvez Pauline sur Instagram et Facebook !

What's Your Reaction?
Hum...
0
Incroyable
0
Intéressant
0
J'adore
0
Youpiiii
0
View Comment (1)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top